AIMS Communalism Watch

Against communalism in Mauritius

Communiqué #9

leave a comment »

La “cause chinoise”
La presse a rapporté que le vendredi 23 avril les trois candidats d’origine chinoise de tous bords ont été réunis par le club Hua Lien. Durant cette rencontre un des candidats présent aurait déclaré :- «Je vous assure mon soutien à la communauté, je défendrai votre cause au parlement, si jamais je suis élue».

Amnesty International Maurice rappelle aux candidats ayant participé à cette réunion qu’en vertu de la section 16(2) de la Constitution, les députés, payés des fonds publics, sont appelés à défendre la cause de leurs mandants quelle que soit leur race. Des députés ne sauraient donc accorder de traitement particulier aux personnes de la même race qu’eux.

En effet la section 16(2) de la Constitution prévoit que :-

« no person shall be treated in a discriminatory manner by any person acting in the performance of any public function conferred by any law or otherwise in the performance of the functions of any public office or any public authority »

AIMS informe les citoyens mauriciens que s’ils étaient victimes de discrimination de la part d’un député en raison de leur race, la section 17 de la Constitution (« Enforcement of protective provisions ») leur confère le droit d’agir en justice à l’encontre de tels traitements discriminatoires.

2. La « cause créole »
Dans un communiqué en date du 29 avril 2010 l’Evêque de Port-Louis de l’Eglise Catholique a déclaré apporter son soutien au prêtre catholique Jocelyn Grégoire, président de la Fédération des Créoles Mauriciens. Ce soutien serait motivé par le fait que «Jocelyn Grégoire a le mérite d’avoir placé la cause créole comme un des enjeux majeurs des prochaines élections». La cause créole étant justifiée par le fait que « la majorité des pauvres à l’Ile Maurice sont des créoles », ce soutien de l’Eglise Catholique est expliqué par le fait que cette institution recherche une « société plus juste ».

AIMS soutient que le problème de la pauvreté ne relève pas d’une « cause créole », d’une « cause musulmane » ou d’une « cause hindoue ». Le problème de la pauvreté est trop sérieux pour être traité par un énième exercice de négociation « équitable » entre différentes « communautés », ainsi que le prône la Fédération des Créoles Mauriciens comme les autres organisations socio-culturelles sectaires.

AIMS appelle les citoyens à une plus grande hauteur morale leur permettant de considérer le problème de la pauvreté, non dans le cadre d’enjeux sectaires, mais comme une « cause nationale » devant être traitée par une politique de justice sociale indifférenciée quant la race et à la religion des pauvres.

AIMS appelle les candidats aux élections à résister au chantage-aux-votes sectaires. AIMS rappelle aux pouvoirs publics leurs obligations constitutionnelles et leurs engagements internationaux leur interdisant de traiter de manière discriminatoire les citoyens en fonction de leur race et de leur religion, d’autant plus lorsque cette discrimination raciale et religieuse pourrait toucher les pauvres, soit les individus les plus vulnérables de notre société.

le vendredi 30 avril 2010

Advertisements

Written by watchcommunalism

May 5, 2010 at 7:10 pm

Posted in Communique

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: